Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 mars 2011

Abstention

regionales.png

Dessin trouvé sur le blog de Martin Vidberg. On peut remplacer "régionales" par "cantonales", le fond du problème reste le même.

Je suis dégoûté de la montée du FN et du refus d'une partie de la droite à faire barrage aux frontistes en appelant à voter PS.

En 2002, après les résultats du premier tour, les principaux leaders de gauche n'avaient pas longtemps hésité à appeler à voter Chirac.

Le "pacte républicain" contre les extrêmes en prend un sacré coup. Mais à force de jouer avec le feu, on fini forcément par se brûler.

21:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour, élections

27 février 2011

Emmanuel Todd et les révoltes arabes


Emmanuel Todd sur l'Egypte dans CSOJ du 01/01/2011
envoyé par MinuitMoinsUne. - L'info video en direct.


Les matins - Emmanuel Todd
envoyé par franceculture. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

Puisqu'on parle en ce moment du début de la remise en cause du concensus de Pékin (je connaissais le consensus de Washington voir celui de Bruxelles mais alors Pékin...), c'est à dire la fin de régime politiquement autoritaire mais économiquement libéral, je me demande si Todd a essayé d'appliquer sa grille de lecture familiale au monde asiatique. Sinon, un article complémentaire sur Todd et les révoltes arabes.

15:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : emmanuel todd

07 février 2011

Non au budgétarisme constitutionnel

Le rôle assigné à la dépense publique comme son impact sur l’activité économique est de ces sempiternelles controverses qui opposent les économistes entre eux, mais aussi les politiques, dès lors qu’on aborde la question de la dette publique.

Conceptualisé par l’économiste néolibéral James Buchanan, le budgétarisme constitutionnel consiste à l’adoption d’une règle à valeur constitutionnelle destiné à interdire, ou restreindre fortement tout au moins, le recours au déficit budgétaire.

Bayrou proposait une réforme de la Constitution en ce sens en 2007. En 2008, l’Allemagne a adopté une règle budgétaire constitutionnelle visant à plafonner le déficit structurel du gouvernement fédéral à 0,35% du PIB à partir de 2016 et ceux des Länder à partir de 2020.

Face au risque d’une crise des finances publiques en Europe, l’Allemagne suggère dans son « Pacte de compétitivité » l’adoption, par les autres Etats-membres de l’UE, d’une norme similaire. Sarkozy va dans ce sens et y travaille. Zapatero commence à en parler en Espagne.

L’idée c’est qu’en adoptant une telle norme, les gouvernements envoient un signal aux acteurs économiques (ménages, investisseurs institutionnels), pour les rassurer sur les engagements financiers de l’Etat, et par voie de conséquence, changer leurs comportements économiques.

Selon la théorie des anticipations rationnelles, les ménages seraient sensibles au niveau de dette publique. Plus la dette est importante, et plus l’effort fiscal/  budgétaire, pesant sur les ménages, pour la réduire sera important. En conséquence, les ménages épargneraient pour faire face aux ajustements futurs.

Les marchés financiers financent les émissions d’obligations des Etats, c'est-à-dire l’endettement public. Or plus la dette initiale est élevée et plus la dynamique de la dette nouvelle est importante, moins l’Etat apparait en mesure de faire face à ses engagements présents et à venir. Il en résulte une hausse des taux d’intérêt sur la dette, ce qui renchérit son coût.

Par ailleurs, en contraignant les Etats à mener des politiques budgétaires restrictives, l’idée est de stabiliser la politique économique dans le temps, et donc de faciliter les choix économiques des agents. Ce faisant on s’inspire des politiques monétaires de ciblage d’inflation menée par les Banques centrales à partir des années 80.

Pourtant, si la réduction des déficits publics est un objectif louable, je ne suis pas certain qu’un tel instrument soit pertinent. Avec le « Pacte de stabilité » (déficit limité à 3% du PIB), l’Europe a déjà adopté une norme de contrainte budgétaire, avec des résultats décevants pour la période 2002-2008.

Quand bien même la norme allemande distingue « déficit structurel », résultat de choix politiques et « déficit conjoncturel », dépendant de la situation économique du moment, une telle norme conduira in fine à des ajustements de grandes ampleurs, indépendamment de la conjoncture. Les plans de rigueur adoptés en Europe en ce moment, en pleine période de reprise fragile, risquent de retarder la sortie de crise.

Le déficit public permet un lissage des à-coups de la conjoncture économique et la réalisation d’investissements de moyen/long termes (le grand emprunt). Interdire les déficits risque d’enfermer la politique budgétaire de l’Etat dans une logique pro-cyclique et sur un horizon de court terme, affaiblissant le potentiel de croissance à moyen/long terme.

On ne sait pas encore très bien si cette norme s’appliquerait à l’ensemble des comptes publics (Etats, collectivité locales et organismes de sécurité sociale) ou seul le budget de l’Etat. Dans le cadre du financement de la sécurité sociale, interdire le recours à l’emprunt obligerait donc à stopper les dépenses de santé. La régulation du système de santé se ferait, comme en Angleterre, par la constitution de listes d’attentes.

Le budget des collectivités locales est régi par une norme semblable. Elles ne peuvent s’endetter que pour financer des investissements. Mais il s’agit là moins d’investissements économiques que d’investissements patrimoniaux (genre piscine, complexe sportif etc.) qui engendrent par ailleurs des coûts de fonctionnement. Autrement dit, chercher à distinguer dépenses de fonctionnement et dépenses d’investissements est assez complexe.

S’attaquer à la question du déficit et de la dette ne peut passer par l’établissement d’une ou plusieurs normes interdisant ou encadrant les déficits. On sait très bien qu’à chaque règle se trouve une exception. Des pays ont montré qu’il était possible de réduire le niveau d’endettement sans s’enfermer dans une logique court-termiste et/ ou une contrainte constitutionnelle.

Pour réduire leur niveau d’endettement sans compromettre leur potentiel de croissance à venir, l’Union européenne aurait intérêt à se doter des ressources propres et/ou d’une capacité d’emprunt afin de financer les investissements communautaires porteurs (recherche publique, universités, secteurs en devenir) pendant que les Etats (une partie d’entre eux) réduiraient leurs déficits publics.

18 janvier 2011

Démission(s) au Parti du Gauche

J’apprends dans Le Monde que Christophe Ramaux, un des responsables du Manifeste des économistes atterrés, vient de démissionner du Parti de Gauche, le parti de Jean-Luc Mélenchon. Il reproche au PG un fonctionnement interne trop verrouillé et personnalisé, et une ligne politique trop aléatoire et peu sérieuse.

« Je m'imaginais un parti ouvert, où l'on réfléchit, discute, débat (…). Le PG fonctionne, au contraire, comme un petit groupe 'discipliné’ » écrit M. Ramaux, qui regrette par ailleurs des  « phénomènes d'autosatisfaction et de cour en cascade », une « énergie disproportionnée mise à critiquer les médias », et l’absence de réunions de la commission économique chargée d’élaborer le projet.

Mon commentaire :

Sur la démission elle-même: bon, c’est le lot de tous les partis et associations. Des gens viennent, d’autres partent. Au final à peine un pour cent des français s’engagent dans un parti, 8% des salariés sont syndiqués. Je n’ai pas le chiffre pour les autres types d’association.

Sur l’absence (de débats) d’idées : les partis communiquent peu et assez mal sur leurs travaux programmatiques et autres, et les média (télé, radio, presse écrite) s’y intéressent assez peu. Et les partis tendent à externaliser de plus en plus la production intellectuelle aux think tanks.

Sur la discipline partisane : elle reste nécessaire à toute organisation pour cadrer le débat et fixer des limites aux ambitions des uns et des autres. Mais les amis de Mélenchon sont réputés pour être très disciplinés, c'est-à-dire travailleurs (étude de textes en section etc.) mais aussi de bons petits soldats.

Sur la personnalisation du PG : en politique, il y a d’un côté les partis qui se dotent de leaders (via des procédures et combats internes), et de l’autre des leaders qui fondent leurs propres partis. Mélenchon avec le PG, Chevènement avec le MRC, Bayrou avec le Modem, Dupont-Aignan avec Debout la République font partis de ceux là.

En raison de la logique présidentialiste de nos institutions, les partis politiques ont tout intérêt à se doter de leader. Le problème des partis politiques personnalisés, c’est que tout repose sur ces leaders et tout se fait en fonction et au nom d’eux. Et quand ils retirent, le parti ne survit guère longtemps.

De son propre aveu, Mélenchon est un républicain, pas un démocrate. Son attitude vis-à-vis de Cuba ou de la Chine est assez éloquente sur ce point. Il ne vaut guère mieux que les silences du PS ou de l’UMP vis-à-vis de certains gouvernements africains (dont quelques uns de leurs chefs se revendiquent de l’Internationale Socialiste).

16 janvier 2011

Les "grands récits"

J’ai envie de développer un peu plus cette notion de « grands récits » avancée sur le blog de Catherine, à l’occasion d’une discussion sur la stratégie de Mélenchon. Car le concept va en réalité au delà de la seule sphère politique, entendue ici comme les institutions publiques et la compétition pour l’exercice du pouvoir.

De mon point de vue l’Homme se caractérise par sa capacité à donner du sens aux choses (ses propres actions, celles de ses semblables, son environnement) et à se projeter dans un cadre temporel. Autre manière de dire que l’Homme est un être capable d’introspection.

Mais c’est aussi un animal social car il vit avec et par ses semblables. Les logiques de reproduction et de survie dans un environnement hostile sont les deux formes indépassables de dépendance sociale. De cela découle une nécessaire division des tâches sociales et la faculté et nécessité de communiquer. L’introspection passe au niveau collectif et s’enrichie d’une logique de transmission.

A partir du moment où nous avons développé la parole, nous avons élaboré les premiers grands récits. Ces grands mythes venaient expliquer nos origines et tout ce qui est encore inexplicable, et au final exorciser nos craintes de l’inconnue. Au fur et à mesure que les communautés humaines se sont complexifiées, les récits ont normalisés les coutumes sociales et légitimés les sanctions de leur inobservation.

Toutes religions et croyances reposent sur un grand récit. Leur institutionnalisation est le fruit des transformations successives des communautés : la sédentarisation a favorisé la constitution des lieux de cultes en faveur des divinités localisées à formes humaines ; l’écriture a facilité la transmission de la mémoire collective (l’histoire orale se précise par l’écrite) et l’uniformisation de la doctrine religieuse (écriture des Livres des grandes religions) ; et la centralisation du pouvoir politique.

La question du pouvoir est présente dans toute société, elle précise le processus de décision collective et son effectivité. Les institutions politiques et religieuses en Occident (au moins) vont se construire en parallèle : le pouvoir royal se donne une nouvelle légitimité (l’oint de Dieu) et en retour les institutions religieuses étendent leur champ d’influence, voir obtiennent une situation de monopole spirituel.

Avec les révolutions américaines et françaises, on sort petit à petit du grand récit royal et du sacré. La philosophie des Lumières, le culte de la Raison et l’avancée des sciences contribue à la sortie de la religion. On glisse vers la souveraineté nationale, qui légitime le nouveau régime (la République) tout en s’inspirant des vieux récits pour le consolider : cultes mémoriels, cérémonies républicaines, hymne national, drapeau etc.

Tout au long du XIXème siècle, les républicains et les monarchistes développent chacun un grand récit pour convaincre et se rallier la masse du peuple encore peu alphabétisé, dans un contexte d’extension du suffrage universel. La consolidation du régime républicain et l’arrivée de la question sociale feront émerger les grands récits socialistes. La Première guerre mondiale et l’incapacité des démocraties libérales à enrayer la crise des années 30 donnent de la voix aux tenants des grands récits totalisants fascistes et soviétiques.

Le gaullisme représente aussi une forme de grand récit, qui a permis d’une part, d’incarner la voix de la France résistante et exorciser la défaite de 1940 et la Collaboration ; et d’autre part justifier la Vème République avec un exécutif fort, un parlementarisme rationalisé, et conceptualiser un positionnement politique qui se veut au-delà des grandes idéologies (ou modèles de société) en France comme à l’étranger.

On devine également un autre grand récit pour accompagner la conquête du pouvoir par la gauche (« la rupture avec la capitalisme pour changer la vie avec l’union de la gauche ») ou expliquer les aléas liés à son exercice. Le fameux tournant de la rigueur a donné lieu à diverses interprétations.

Certains disent que les socialistes, sous l'influence des sociaux-libéraux et des acteurs financiers, ont renoncés à leur projet de rupture avec le capitalisme de 1981. Ils parlent de renoncement politique à l’origine, selon eux, du désenchantement du peuple de gauche. On compte parmi les tenants de cette thèse les amis de Chevènement (voir son dernier livre) et les amis de Mélenchon. Les trotskystes font plus simple encore : les socialistes sont par nature des sociaux-traites et réformer le capitalisme est une impasse.

Les socialistes réformistes ou sociaux-démocrates (revendiqués ou non) expliquent que le tournant de la rigueur symbolise la conversion des socialistes au réalisme et aux responsabilités qu'incombe le pouvoir. Mais comme certains ont eu du mal à assumer le changement de cap, on a parlé de parenthèse. Comme disait l’autre, on ne sort de l’ambigüité qu’à son détriment. C’est à partir de cette époque qu’on a clairement insisté sur le grand récit européen comme récit de substitution.

L’extension et la diversification des média de masse d’une part, et l’individualisation des rapports et besoins sociaux d’autre part, a changé les règles de communication politique classique. A la trilogie classique « reconnaissance d’un problème/ analyse/ préconisation d’une solution », on a substitué la suivante « capter l’attention/  stimuler le désir de changement/ emporter la conviction par l’utilisation d’arguments raisonnés », doublé d’une mise en scène croissante du personnel politique.

Mais le développement du storytelling, dernier avatar de la communication politique professionnelle, laisse apparaitre plus une transformation des « grands récits » que leur disparition. Les « grands récits » n’ont pas vocation à raconter des histoires aux pauvres crédules que nous serions, mais à expliciter notre histoire présente et commune à tous les individus de ce collectif qu’est la société. Il n’y a pas de vérités ou de mensonges mais seulement un rapport intellectualisé et émotif aux évolutions du grand monde, capable de fédérer une majorité.

C’est la raison d’être supérieure du politique : faire société, rassembler et utiliser les synergies individuelles pour conduire autant faire ce peu le changement incessant du monde. Or aujourd’hui les politiques font fasse à plusieurs défis :

-      Les avancées scientifiques ne cessent de réduire le champ de l’inconnu et de l’inexplicable jusqu’ici mystifié (le désenchantement du monde) ;

-      Les grands systèmes de pensée ne sont plus opérants dans la durée et dans les cas particuliers (la pensée complexe) ;

-      L’économisme et la quantophrénie sont les nouvelles vaches sacrées

-      Le consumérisme et la marchandisation du monde réduisent le lien social à une forme de compétition permanente..

Il y a d'autres choses encore certainement...

Ceux qui croient au récit du renoncement et de la trahison se racontent des bobards et se condamnent, s'ils reviennent aux responsabilités, au reniement le plus complet. Les vieux récits ne sont rien d’autres que des refuges.

Ma famille politique – le socialisme démocratique – a renoncé à proposer un grand récit fédérateur. Le récit européen est un substitut insuffisant dès lors que rien n’est fait pour aller vers une convergence par le haut, au-delà des cadres nationaux certainement pas immuables et indépassables à mes yeux. Le malaise de la gauche européenne vient de là pour partie.

M'enfin tout cela n'est que mon propre récit des « grands récits »…