Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 janvier 2009

Tintin revisité

Tintin a parait-il fêté ses 80 ans.

J'ai trouvé ici ces quelques images des aventures revisitées du

célèbre reporter de Petit Vingtième.

Ci dessous, les images qui m'ont le plus fait rire.


Tintin2.JPGTintin1.JPG

Tintin5.JPGTintin6.JPG

(NB: J’espère retrouver fin janvier un peu plus de liberté pour écrire et partagermes modestes réflexions avec vous. Mais en attendant...Airbeit !...)

05 décembre 2008

Huesos - Pedro Guerra

J'ai trouvé cette vidéo sur le blog du camarade Oscar Cerezal.

Je reviendrai sur le sujet des fosses communes en Espagne.

En attendant, j'écoute la musique j'en ais les larmes aux yeux...

13 octobre 2008

L'irrationnalité des marchés

sell_buy.jpg
From The Economist, 1987.

Une belle illustration de l'irrationnalité des marchés.
(vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus)

21 août 2008

Notes de vacances

Déjà la fin de mes congés ! Je n’ai pas vu les jours passés. En attendant la reprise du travail ce lundi, je profite de mes derniers jours dans les Pyrénées. Au total quinze jours tranquilles comme d’habitudes.

*

Ayant achetés une dizaine de livres en début de l’été, deux d’entre eux ayant fait l’objet de notes sur le blog et , j’ai donc essayé d’avancer dans mes lectures en retard. Je viens de finir La guerra civil española de Pierre Vilar, intéressant résumé de cette tragédie qui a marqué le XXème siècle et l’histoire espagnole. J’aurai l’occasion d’en reparler prochainement.

Et quand je ne lis pas un livre, je lis le journal. Un ami, abonné au Monde, m’a donné quelques numéros récents. Et puis je ne cache pas mon plaisir chaque fois que je le peux, d’acheter El Pais, le principal quotidien espagnol, dont chaque numéro m’occupe bien 2,3 jours. Si on peut lire gratuitement ces deux quotidiens sur l’internet, il faut savoir de temps à autre, quand on en a les moyens bien sûr, contribuer à la survie financière de la presse écrite. C’est à cette fin que j’ai décidé de faire un don de 20 euros à L’Humanité qui connaît à nouveau des difficultés financières. Bien que ce ne soit pas un journal que je lis souvent, son approche des faits d’actualités reste originale dans le paysage médiatique français. Cette originalité mérite d’être sauvée*. 

*

Prenant mon courage à deux mains, j’ai décidé de faire un peu d’exercice. Comme j’ai pris quelques kilos ces deux dernières années et que j’ai arrêté le sport depuis le lycée, je me suis dit qu’il fallait bien se prendre en main à un moment donné. Je m’en vais donc courir une bonne demi-heure chaque matin en parcourant à peu près 3 kilomètres. C’est peut être pas beaucoup mais mieux vaut commencer doucement et repousser ses limites petit à petit. Et avec ça je marche près de 2h, 5 à 7 kilomètres.

En parlant de sport, je ne peux m’empêcher d’écrire quelques lignes sur les Jeux Olympiques de Pékin. Je dois avouer que j’aime assez peu regarder le sport à la télé. Malheureusement la passion de mon oncle monopolise le petit écran. Je regarde bien quelques épreuves tantôt côté français, tantôt côté espagnol, mais je ne peux m’empêcher de penser à la dimension politique de ces J.O. La cérémonie d’ouverture en est la caricature même : images travaillées à l’ordinateur (feux d’artifices, pollution masquée), imposture sur la jeune chinoise qui chantait. Les employés de relations clientèles recrutées pour l’occasion l’ont été sur des critères discriminants (taille, beauté), amenant des chinoises à subir des opérations pour gagner quelques centimètres ou être plus photogéniques. Les sportifs, dont l’âge et le nombre d’heure d’entrainement laisse planer le doute, sommés de s’excuser publiquement si d’aventure ils ne pourraient participer à une épreuve.

Tout est fait pour donner une belle image de la Chine au monde entier. Sans parler du problème du Tibet, je pense que ces J.O. ne doivent pas faire oublier l’entreprise politico-mercantile qu’est le C.I.O et la nature politique du régime chinois (qui combine le pire du communisme et du capitalisme).

*

En allant faire quelques courses en Espagne, on m’a expliqué que je pouvais demander la nationalité espagnole. Le sujet m’avait déjà interpellé lors des débats en Espagne sur la loi sur la mémoire historique. J’avais appris, et l’avait dit à Den, que les fils et petits-fils d’exilés républicains espagnols pouvaient demander, dans un délai de deux ans, la nationalité espagnole.

Mon histoire de famille m’écarte du dispositif car la venue de mes grands parents paternels en France n’était pas motivée par des raisons politiques mais économiques. Bref. Il s’avère que le fait que mes grands parents soient espagnols et que mes parents soient nés là bas me permettrait de revendiquer la nationalité espagnole.

Il faudrait que j’aille demander quelques renseignements au consulat espagnol. Mais pour l’instant je réfléchis à l’opportunité et au sens d’une telle démarche. Au fond la question qui importe c’est de savoir si je me sens suffisamment espagnol pour demander à appartenir à la communauté hispanique.

* voir les réactions sur l'article du Monde

23 juin 2008

Avait-il raison ?

DSCN4319.JPG

En début de soirée en écoutant une chanson espagnole, m‘est revenu à l’esprit un épisode de mon séjour erasmus à Barcelone. J’étais alors avec mes amis polonais, Simon et Kasia. Nous avions passé l’après midi à visiter le Musée Maritime et à nous balader en ville.

Lorsque nous nous sommes arrêtés mangés des pizzas devant l’édifice de la photo, un gars s’est approché de nous et nous à demander dans un espagnol qui laissait transparaitre ses origines francophones, où il pouvait trouver du schiit. Mon collègue lui indique une rue en particulier et me demande alors s’il a une tête de petit dealer étant donné que ça fait plusieurs fois qu’on lui pose cette question.

Après m’avoir raconté quelques anecdotes à ce sujet, il finit par me demander quel est le prix en France. Surpris par une question que je n’attendais pas vraiment, je réponds presque en bafouillant, presque honteusement, que je n’en sais rien n’étant pas consommateur de ces choses là.

Sourire moqueur aux lèvres il me dit : « Pero como quieres gobernar tu país si no conoces los vicios de tu pueblo ». On se met à rire tous les trois. Puis en lui jetant un regard amusé et plein de sympathie, je lui dit que c’était joliment dit. Aujourd'hui  j'aurai tendance à croire qu'il avait tout compris... Et vous ?


(le mot en question a été volontairement mal écrit)